Dans la continuation de notre série sur la faune marine avec Les Peuples de la Mer nous vous présentons aujourd’hui un oiseau marin mythique au nom pour le moins intriguant, le Fou de Bassan. Découvrez cet oiseau hors du commun et téléchargez la fiche séludé pour tout savoir sur cet oiseau marin lors de votre prochaine observation en mer ! 

Fiche séludé 1: Le Fou de Bassan

(Morus bassanus)

Origine de son nom

Plus grand oiseau marin de tout le paléarctique occidental, le Fou de Bassan a été nommé ainsi par les pêcheurs écossais en raison de ses plongeons spectaculaires et de son importante population, en période de reproduction, présente sur l’île de Bass située en Écosse (jusqu’à 150 000 individus soit environ 60 % de la population européenne).

Les Fous de Bassan se reproduisent en Bretagne

Le Fou de Bassan

Les Fous de Bassan Méditerranéens appartiennent à la sous- espèce nord Atlantique, dont les populations nicheuses s’étendent jusqu’au Canada (Québec et Terre-Neuve). Deux autres sous-espèces existent dans le monde. L’une d’elle fréquente les côtes sud de l’Afrique tandis que la deuxième est présente en Tasmanie et en Nouvelle-Zélande.

La reproduction des Fous se produit en France sur l’île du Rouzi dans la réserve des sept îles. Cette île protégée de la fréquentation humaine présente des falaises abruptes et des corniches appréciées par les Fous qui les utilisent comme habitat de reproduction.

Quelques reproductions isolées ont déjà eu lieu en Méditerranée, cependant elles n’ont pas toujours été couvertes de succès ni reconduites l’année suivante. Pourtant nos côtes Méditerranéennes ne sont pas exemptes de falaises et de corniches. Le comportement grégaire lors des phases de reproduction peut expliquer ce phénomène couplé à une grande fidélité au site de reproduction.

Observations du Fou de Bassan en Méditerranée

 Ils sont rares en Méditerranée, on les trouve au large des côtes et en côtier, souvent seuls. Ses vols en piqué/plongé ou en rase-motte sont une pure merveille des sciences du vol.

Malgré tout, les Fous de bassan sont observables toute l’année en Méditerranée. En effet, seuls les individus mâtures sexuellement se reproduisent en Atlantique. Par conséquent et parce que l’âge adulte intervient après 4 années de vie, des Fous de bassan non mâtures sont visibles toute l’année en Méditerranée. Leur plumage est très différent des Fous adultes.

En automne et en hiver, sont également présents des Fous de bassans adultes, augmentant ainsi la taille de la population en cette période. Le Fou n’est pas un oiseau difficile à voir en mer Méditerranée. Sa grande taille, son vol caractéristique ainsi que son plumage typique lui permettent d’être détecté de loin. En revanche, les fluctuations d’effectifs en interaction avec les déplacements liés aux ressources alimentaires peuvent parfois rendre plus difficile son observation

Particularités du Fou de Bassan : une vue hors du commun et un corps fait pour la chasse

Le Fou de Bassan (6)

Cet oiseau marin est l’un des rares à posséder une vue « de face ». Cette particularité couplée à une vue exceptionnelle lui confère la possibilité de plonger en piqué depuis une hauteur de 40 mètres avec une précision déconcertante quant à l’emplacement de sa proie (vision binoculaire). Afin d’amortir le choc lors de sa pénétration dans l’eau, de petites poches d’air sont présentes sous sa peau au niveau de la tête, du cou et jusqu’aux flancs de l’oiseau. Ses yeux sont protégés par une membrane nictitante transparente lui permettant de voir sa proie sous l’eau. La plupart des proies sont capturées à une profondeur comprise entre 6 et 15 mètres et englouties sous l’eau. Ainsi les Fous remontent toujours le bec vide. 

Lors de la phase d’alimentation des jeunes aux nids, ils sont capables de parcourir jusqu’à 1000 km dans un rayon de 100 km autour de la zone de reproduction. Une fois suffisamment de poissons accumulés, les couples reviennent aux nids pour régurgiter des restes de leurs repas.

Réglementation et conseils d’observation

Le Fou de Bassan (3)

Le Fou de bassan est une espèce protégée. Il est ainsi strictement interdit de les capturer, de les déranger intentionnellement ou de dégrader leur habitat de reproduction ainsi que leurs zones d’alimentation. C’est une espèce dont « l’approche » finit toujours par une fuite de l’oiseau. Il est donc important de les déranger le moins possible en se tenant à distance (entre 50 et 100 mètres) afin de pouvoir les observer à l’aide de jumelles, outil indispensable de tout amateur de nature.

Vous savez désormais tout ce qu’il faut savoir sur le Fou de Bassan pour l’apprécier et l’observer ! Retrouvez nos prochains oiseaux marins très prochainement sur notre blog avec Les Peuples de la Mer.

Partagez l'article avec vos amis !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *